Les plantains

Petites plantes herbacées vivaces de la famille des PLANTAGINACÉES, à feuilles en rosette, à hampe florale portant un épi de petites fleurs discrètes. Originaires d’Europe et d’Asie, on les trouve dans tous les milieux, excepté le milieu forestier.

plantago media(a), plantago lanceolata (b), plantago major(c) L. Fam. PLANTAGINACÉES

herbe aux 5 coutures, herbe aux charpentiers Weisser(a), spitzer(b), breiter Wegerich (c) hoary(a), ribwort(b), great plantain (c)

Parties utilisées :

La plante entière, fraîche ou séchée.

Propriétés et utilisations :

Grâce à sa richesse en tanin et en mucilage, le plantain est à la fois astringent et émollient (adoucissant), 2 propriétés rarement associées dans le monde végétal ; il a le pouvoir de resserrer les tissus (aide à la cicatrisation, sécrétions des muqueuses moins abondantes, diminution de l’inflammation) et de calmer les douleurs ; grâce à ces propriétés, le plantain soigne les diarrhées et les engorgements respiratoires ; c’est un excellent expectorant et antitussif.
Le suc frais d’une feuille écrasée, appliqué sur une piqûre d’insecte ou une brûlure d’ortie, calme instantanément la douleur et réduit l’enflure. Les feuilles servent à fabriquer un collyre pour les yeux irrités. Les graines sont laxatives et appréciées des oiseaux !
Toutes ces propriétés sont communes aux 3 plantains mais c’est le plantain lancéolé qui est le plus apprécié en cuisine : les jeunes feuilles au délicieux goût de cèpe, sont consommées en salade ou incorporées à de nombreuses préparations culinaires.

Un peu d’histoire…

Le nom de plantain se rapporte à la plante du pied. Pour certains, c’est la forme de la feuille (du grand plantain) qui évoque la plante du pied humain, pour d’autres, son nom latin Plantago (planta, plante et ago, je pousse) signifie « qui pousse sous la plante du pied », allusion à la banalité de cette herbe qui, de plus, supporte le piétinement !
En tant que plante indigène très commune, le plantain est entré très tôt dans la pharmacopée populaire et a donné lieu à de nombreuses légendes. Pline lui reconnaît le pouvoir de guérir 24 maladies ! Au Moyen Age il est utilisé en gynécologie où il se montre efficace au point de « rendre l’apparence de la virginité » ! Sainte Hildegarde (1098-1179) le conseille pour les brûlures d’estomac, les crises de gouttes et la réparation des fractures… 2 plantains (major et lanceolata) entrent dans la composition du « baume de Saint Antoine » qui soignait le mal des ardents causé par l’ergot du seigle.
Une médication surprenante pour soulager une rage de dent : se remplir le tuyau de l’oreille de racine râpée de plantain, le soulagement serait rapide !

Plus sur le plantain lanceolé


Dans la même rubrique

0 | 5

l’aristoloche
le 3 décembre 2019
par Daniel
le fumeterre
le 3 décembre 2019
par Daniel
la fraise des Indes
le 1er décembre 2019
par Daniel
La nigelle cultivée
le 19 novembre 2019
par Daniel
le tussilage
le 8 novembre 2019
par Daniel