La bourrache

Plante annuelle, de la famille des BORAGINACÉES d’origine eurasienne. Autrefois cultivée pour ses propriétés médicinales et mellifères, elle s’est échappée des jardins pour coloniser chemins et terrains vagues.

Borago officinalis L. Fam.BORAGINACÉES

langue de boeuf, pain des abeilles Boretsch borage

Parties utilisées :

Fleurs, tiges et feuilles

Propriétés et utilisations :

Les parties aériennes de la bourrache contiennent à la fois des tanins et des mucilages ce qui explique ses propriétés astringentes d’une part, expectorantes d’autre part. La présence d’acide malique et de nitrate de potassium lui donnent des propriétés diurétiques, sudorifiques et dépuratives.
L’huile extraite des graines, est très riche en acides gras de type oméga 6 et soigne les inflammations articulaires et les maladies de peau.
Les jeunes feuilles s’utilisent en infusion contre la bronchite ; appliquées sur une petite coupure, elles favorisent la cicatrisation (présence d’allantoïne). Elles peuvent être ajoutées aux salades ou aux soupes (goût de concombre ou d’huître ?). Les mucilages contribuent à réguler le transit intestinal. . Plus tard, trop rudes pour être consommées, elles servent à préparer des infusions dépuratives et diurétiques.
Les fleurs décorent les salades. L’huile de bourrache, en usage externe, prévient le dessèchement de la peau et la perte d’élasticité liée au vieillissement ; elle peut aussi être consommée en capsules vendues dans le commerce.

Un peu d’histoire…

En arabe, son nom « Sabu radj » signifie « père de la sueur  » en relation avec ses propriétés sudorifiques ; son nom actuel, apparu vers le 13e siècle, vient pour certains, du bas-latin « burra » qui désigne une étoffe de laine grossière, allusion aux poils rudes qui couvrent les feuilles ; pour d’autres, bourrache viendrait du latin médiéval « borrago » allusion à la langue rugueuse des bovins !
Les 1ères traces de son utilisation en phytothérapie datent du 1er siècle après Jésus-Christ, comme plante dépurative. Au Moyen Age, la bourrache est considérée comme une plante magique et aphrodisiaque, elle est censée donner hardiesse et assurance dans les entreprises amoureuses et au combat. On la retrouve souvent brodée sur les écharpes des combattants lors des tournois et des batailles.
Aujourd’hui, c’est dans le domaine de la cosmétique que la bourrache est la plus appréciée, grâce à sa richesse en acides gras de type Omega 6 (2 fois plus que l’huile d’onagre) pour prévenir le vieillissement cutané.


Dans la même rubrique

0 | 5

l’aristoloche
le 3 décembre 2019
par Daniel
le fumeterre
le 3 décembre 2019
par Daniel
la fraise des Indes
le 1er décembre 2019
par Daniel
La nigelle cultivée
le 19 novembre 2019
par Daniel
le tussilage
le 8 novembre 2019
par Daniel