Le sureau noir

Arbuste de la famille des CAPRIFOLIACÉES très commun en lisière de forêt, le long des haies. Ses fleurs blanches et odorantes forment des ombelles plates qui apparaissent au mois de mai, laissant place en juillet à des petites baies noires et luisantes. On le rencontre dans toute l’Europe.

Sambucus nigra L. Fam. ADOXACÉES

Arbre de Judas, sambuc, sureau schwarzer Holunder common, black elder

Parties utilisées :

Toute la plante, fleurs, fruits, feuilles et écorce.

Propriétés et utilisations :

Fleurs de sureau noir

Les fleurs contiennent une huile essentielle, du mucilage, du tanin, des substances anti-oxydantes, des minéraux (nitrate de potassium) et un glucoside cyanogénétique (sambunigroside), antispasmodique et stimulant de la respiration. Elles sont sudorifiques (augmentent la sudation) et expectorantes (elles augmentent et facilitent l’évacuation des sécrétions bronchiques). Elles s’utilisent en tisanes (une tasse 4 à 6 fois/ jour ou en teinture mère (=macération alcoolique) de sommités fleuries (50 gouttes, 4 à 5 fois/jour). En cuisine, elles servent aussi à confectionner de délicieux beignets.

Baies de sureau noir

Les baies sont riches en flavonoïdes antioxydants, en anthocyanes à action anti-inflammatoire, en acides citrique et malique, en sucres, en minéraux et en vitamines C, B2 et B9. Elles ont une action anti oxydante, anti-inflammatoire, immunostimulante, antivirale contre les infections respiratoires et la grippe ; elles sont légèrement laxatives. Les fruits se consomment cuits, en sirops ou confitures (crus, ils provoquent des nausées et une irritation gastrique) ou sous forme d’élusane (extrait sec hydro-alcoolique) ou d’EPS (extrait fluide glycériné).

Les feuilles et surtout l’écorce contiennent un tanin, une résine purgative et de l’acide valérianique. Elles sont diurétiques, purgatives, utilisées contre l’hydropisie, la goutte et les rhumatismes. Elles s’utilisent en décoction (ébullition dans l’eau) 3 fois/jour.

Un peu d’histoire…

Le sureau était autrefois considéré comme une « pharmacie de campagne ». Il était censé purger le « phlegme », l’une des 4 humeurs hippocratiques, écoulement nasal censé provenir du cerveau. Pour les grecs et les romains, il représentait la nourriture des dieux.
Chez les celtes, il représentait l’arbre des morts ; ses rameaux vidés de leur moelle servaient à confectionner des flûtes, les sambuques, permettant de communiquer avec les âmes des défunts (d’où le nom de genre Sambucus).
Plus tard, planté près des maisons, il devient l’arbre porte-bonheur : il héberge les fées protectrices du foyer mais interdiction de couper ses branches sous peine d’irriter les fées !
Il est encore appelé « arbre de Judas » car Judas regrettant sa trahison, se serait pendu à une branche de sureau !!
(Difficile à admettre, connaissant la taille et la flexibilité des branches de cet arbuste !).


Dans la même rubrique

0 | 5

l’aristoloche
le 3 décembre 2019
par Daniel
le fumeterre
le 3 décembre 2019
par Daniel
la fraise des Indes
le 1er décembre 2019
par Daniel
La nigelle cultivée
le 19 novembre 2019
par Daniel
le tussilage
le 8 novembre 2019
par Daniel